Histoire des communes

Pilori

Le pilori était un poteau (le mot est d'ailleurs dérivé de pilier) qui pouvait parfois tourner, qui servait à la punition des personnes condamnées, que la justice exposait ainsi à la risée du public, pour une durée variable, de quelques heures à plusieurs jours. On appliquait la peine du pilori aux petits délinquants, mendiants, voleurs à la tire, soldats insoumis ou indisciplinés. Il ne s'agit pas d'une peine physique, mais symbolique et infamante : le condamné est exposé, dans une position humiliante, à la colère et au mépris populaire. Le public est alors incité à exprimer son jugement, ce qu'il fait par exemple sous forme d'injures ou de crachats, laissant libre-cours à cette occasion à ses plus bas instincts, sous couvert d'anonymat. La peine de l'exposition, qui était accessoire, mais particulièrement infamante, ne fut définitivement supprimée qu'en 1848. Le pilori était également le lieu où l'on marquait au fer les homme condamnés au bagne : il était généralement situé près des halles des villes.


Contact Histoire | Plan du site