Histoire des communes

Commune

Catégories

Lieu-dit

Rues

Artistes, écrivains et célébrités

Personnalités de la santé

Chartres : Monument Pasteur

Rue Place Pasteur
Voir aussi :
Construction 1903
 

le Monument Pasteur

Petit historique

Ce sont les sociétés de médecine d'Eure-et-Loir et de médecine vétérinaire qui prirent l'initiative, après la mort de Pasteur, de lui élever un monument commémoratif à Chartres.
En effet, ce sont les travaux de Pasteur qui ont sauvé, à la fin du XIXe, les troupeaux de moutons français, décimés par la maladie du charbon.

C'est la place St Michel qui fut choisie pour accueillir le monument, qui fut inauguré le 7 juin 1903. La place a pris à cette occasion le nom de place Pasteur.
Pendant la 2ème guerre mondiale, la plaque de bronze qui l'ornait a été volée par les allemands, mais une plaque identique l'a remplacée dès 1950. Le monument a donc connu une 2ème inauguration le 8 octobre 1950.
Le monument restera sur la place pendant un siècle, moyennant un petit déplacement, pour permettre la circulation automobile en juillet 1975.

En 2005, il dut être déplacé lors des travaux d'aménagement du centre ville, la place Pasteur étant profondément remaniée. Il a été installé entre les rues Georges Fessard et Charles Brune, en face de la préfecture.
La place Pasteur a, à cette occasion, de nouveau changé de nom et pris le nom de place de la Porte Saint-Michel.

description du monument

L'auteur de la plaque de bronze en relief qui orne le monument est le docteur Paul RICHER. Ce haut-relief représente une scène de vaccination de moutons, faite dans la ferme de Jules MAUNOURY à St Germain-la-Gâtine, par le docteur ROUX.

On y voit le propriétaire des moutons, Jules MAUNOURY et son berger, Séverin Jacquet, les docteurs ROUX et CHAMBERLAND, collaborateurs de Pasteur, les vétérinaires chartrains Jules VINSOT et Daniel BOUTET, et le docteur Alphonse MAUNOURY (le père du Maréchal Michel Joseph MAUNOURY et du docteur Gabriel MAUNOURY). Il est intéressant de noter que Louis PASTEUR lui-même ne figure pas sur la plaque du monument qui porte son nom.

Cette scène évoque la vaccination contre la maladie du charbon, qui décimait les troupeaux de moutons dans les années 1870 et 1880. Si à cette époque, les recherches de Pasteur étaient constestés, Jules MAUNOURY lui, était convaincu de sa réussite. Il mit donc son troupeau à disposition du chercheur pour qu'il fasse des essais sur ses moutons. Ces essais eurent lieu en 1878. Il faudra encore 4 ans pour que le vaccin contre le charbon soit mis au point.

sources :

- Histoire des rues de Chartres, Roger Guillois, éd. l'Echo Républicain 1978,
- site officiel de la ville de Chartres.

note généalogique

Il faut noter que Jules MAUNOURY, cultivateur à Saint-Germain-la-Gâtine, est le neveu de Charles Michel Alphonse MAUNOURY, et donc le cousin germain du docteur Gabriel MAUNOURY et du maréchal Michel Joseph MAUNOURY.
En effet, Jules (Stanislas) MAUNOURY, né le 28 mars 1843 à St-Germain-la-Gâtine et décédé le 19 décembre 1907 à Berchères-la-Maingot, est fils de Denis Bruno MAUNOURY (et de TESSIER Marie Désirée), né le 25 novembre 1814 à St-Germain-la-Gâtine et frère aîné de Charles Michel Alphonse MAUNOURY.


Saisie : Carole & Eric CANTIN

Dernière modification : 21 Février 2008