Histoire des communes

Autres administrations

Administration

Coutume du Perche-Gouet

La coutume est une règle de droit non écrite. Quand un usage est devenu suffisamment constant et régulier, les Hommes considèrent qu'il doit être obligatoirement suivi.

A la suite de l'ordonnance d'avril 1454, les coutumes ont été rédigées dans la seconde moitié du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle. Les procès verbaux de rédaction donnent la liste des paroisses concernées par les diverses communes. Il arrive qu'une paroisse et une annexe ne suivent pas la même coutume.

Le Perche Gouet

Le Perche-Gouet (aujourdhui dans le département de lEure-et-Loir pour sa plus grande partie), ainsi nommé à cause de Guillaume Gouet (sans tréma sur le e) qui en était seigneur au début du XIème siècle, comprenait les cinq baronnies dAuthon, la Bazoche, Alluyes, Brou et Montmirail. Il était borné au nord par
le Grand-Perche ; à lest et au sud par le Dunois et le Vendômois ; et à louest par le Maine.

Formation et premiers seigneurs du Perche-Gouet.

Dans la seconde moitié du IXème siècle, les Normands envahissent le pays chartrain. En 858, Chartres est pris et détruit ; Hélie, évêque de Chartres, parvient à les repousser et, pour récompenser les seigneurs qui lavaient aidé, il leur donne une partie des terres de labbaye de Saint-Père comprenant entre autres les terres de Alluyes, Brou, Montmirail, Authon et la Bazoche, situées dans les doyennés de Brou et de Dunois au Perche : nous sommes à lorigine des cinq baronnies du Perche-Gouet.

En 884, Girard, évêque de Chartres, obtient de Charles le Gros le haut domaine des terres seigneuriales de ces cinq terres.

Pour les Comtes du Perche et les Vicomtes de Châteaudun (cest la même famille), le Perche-Gouet est une enclave entre leurs domaines et ils nauront de cesse de se lapproprier.

Guillaume I Gouet est le premier de la lignée. Outre Alluyes, il exerce son influence à Brou, Montmirail, la Chapelle-Guillaume et Arrou. Au milieu du XIème siècle, il épouse Mathilde (alias Mahaut), fille et héritière de Gautier, seigneur dAlluyes. Devenue veuve, Mathilde épouse en secondes noces Geoffroy de Mayenne, important seigneur du Maine ; cette nouvelle alliance nest certainement pas innocente, elle simpose même par la nécessité, il sagit en effet davoir un allié solide contre les attaques éventuelles du seigneur de Nogent et des Normands.

Guillaume II Gouet 1, fils du précédent, devient majeur avant 1070. Durant sa minorité, sa mère et Geoffroy de Mayenne assurent la tutelle du domaine. En 1071, il épouse Eustachie. Il lutte contre le Comte du Perche qui fait des expéditions contre Dangeau et Brou. Il meurt vers 1120.

Guillaume III Gouet 2, fils du précédent. Son épouse, Mabille, est la fille naturelle de Henri I Beauclerc, duc de Normandie et Roi dAngleterre. Il meurt vers 1140.

Guillaume IV Gouet 3, fils du précédent. Il épouse Isabelle, veuve de Roger, duc dApulie, et fille du Comte Thibault IV de Blois. Après 1160, il part en croisade ; il meurt en Terre Sainte et est inhumé en Palestine. Sa femme meurt après 1180.

Mathilde 4, fille du précédent, épouse Hervé de Donzy 5, seigneur de Saint-Aignan-sur-Cher. A la mort de Guillaume IV Gouet, le Comte Thibault V de Blois et le Roi de France cherchent à semparer des domaines des Gouet ; Hervé de Donzy, plutôt que de se battre, préfère céder ses droits (en fait ceux de son épouse) à Henri II Plantagenet qui sintéresse particulièrement au château de Montmirail. Hervé lui donne également son château de Saint-Aignan.

Cest à partir de ce moment (nous sommes fin XIIème siècle) que prend fin lexistence autonome de la seigneurie du Perche-Gouet.

1 Il a pour soeurs : Richilde ; et Hideburge épouse de Foucher de Fréteval.
2 Il pour frères : Hugues, seigneur dAlluyes, mort sans postérité ; Robert ; et Mathieu.
3 Sa soeur Eustachie épouse Geoffroy de Mandeville, puis Anseme de Saint-Pol.
4 Sa soeur Agnès devient la seconde épouse de Rotrou de Montfort, fils de Rotrou de Châteaudun.
5 Leurs enfants sont : Guillaume V Gouet, mort jeune ; Hervé de Donzy, comte de Nevers ; Philippe ; Renaud de
Montmirail, mort à Andrinople en 1205 ; et Marguerite, épouse de Gervais de Châteauneuf-en Thimerais.

Successeurs des Gouet.

Après la lignée des Gouet, le Perche-Gouet passe successivement par mariages dans les maisons de Donzy, de Châtillon, de Bourbon, de Bourgogne, de Dampierre, de Bar, puis de Luxembourg ; Louis de Luxembourg, comte de Saint-Pol, connétable de France, donne les cinq baronnies à sa soeur Isabeau, femme
de Charles III d'Anjou, comte du Maine ; leur fils Charles IV d'Anjou, comte du Maine, démembre les cinq baronnies : en 1478, il vend Montmirail, Authon et la Bazoche à Louis du Maine, son frère bâtard ; mais à la mort de Charles d'Anjou, Louis XI, son héritier, exerçant le retrait lignager, reprend ces trois baronnies et les donne à Jacques de Luxembourg ; les familles de Melun, de Bruges et de la Baulme en héritent ensuite ; Jacques-Nicolas de la Baulme les cède à Jean Perrault, président, et celui-ci à Louis-Armand de Bourbon-
Conti dont la veuve, Marie-Anne de Bourbon, dite Mademoiselle de Blois, démembre encore ces trois baronnies : en 1719, elle vend Authon à Charles-Nicolas le Clerc de Lesseville, intendant de Limoges ; Montmirail et la Bazoche à Jean-Thomas Havet de Neuilly, conseiller au parlement, ces deux dernières terres passeront ensuite aux familles Guillebon et le Pesant de Boisguilbert.

Louis XI hérite de Charles d'Anjou des baronnies d'Alluyes et Brou qu'il donne à Jacques d'Armagnac, duc de Nemours, en considération de Louise d'Anjou, sa femme, soeur et héritière de Charles. En 1507, ces terres appartiennent à Antoine de Luxembourg 1, qui les vend à Florentin Girard de Barenton, seigneur de Dangeau, auquel, par retrait féodal, l'évêque de Chartres les retire et les vend à Florimond Robertet, secrétaire des finances, en faveur duquel Alluyes fut érigé en marquisat ; Claude Robertet, l'un des fils de Florimond, récupère la baronnie d'Alluyes (qui passera ensuite aux familles Babou de la Bourdaisière, d'Escoubleau, de Gassion et de Montboissier), et François, frère de Claude, a celle de Brou qui appartiendra plus tard aux familles de Rostaing, de Beaumanoir, de Courcelles, de Montmorency, des Ligneris, de Montboissier et sera finalement achetée en 1784 par Albert, comte de Bavière-Grosberg.

Le 20 avril 1507 : Hommage des terres et seigneuries de Brou, Alluye, Authon, Montmirail et la Bazoche-Goyet, tombées en foy et hommage du roy par droit de régalle à cause du siège vacant de lévêché de Chartres ; le dit hommage fait à S. M. par Siphorien de Changy, comme procureur de Antoine de Luxembourg, comte de Brienne et de Roussy

Noms successivement employés pour désigner le Perche-Gouet.

Le territoire qui portera plus tard le nom de Perche-Gouet était désigné, au XIIe siècle, sous le nom de Terre-Gouet 2, au XIIIe siècle, sous le nom de Fief-Gouet ou de Terre du Fief-Gouet 3, puis sous celui de Terre d'Alluye 4, Alluyes étant alors considérée comme sa capitale, avantage que Brou, puis Montmirail semblent avoir partagé avec elle à d'autres époques.

L'emploi du terme de Perche-Gouet est plus récent : c'est en 1540 quil est écrit pour la première fois 5, dans l'aveu de Marie de Melun.

Le Perche-Gouet est souvent désigné par le nom de Petit-Perche et quelquefois sous celui de Bas-Perche par opposition à la province ou au comté du Perche, désignée par celui de Grand-Perche.

Les cinq principales terres du Perche-Gouet sont désignées d'abord sous le nom de terres, et n'ont encore aucun titre dans l'aveu de 1383 6 ; le 16 décembre 1402, Robert de Bar, seigneur de Casel, rend aveu pour ses châteaux, villes et châtellenies d'Alluyes, Brou, Montmirail, Authon et la Bazoche-Gouet, avec les
domaines, cens, rentes, justice et vassaux qui en dépendent ; enfin, le 1er septembre 1505, un acte nous apprend que Marie et Françoise de Luxembourg rendent foy et hommage pour raison des baronnies d'Alluyes, Brou, Montmirail, Authon et la Bazoche-Gouet.

Le 22 mai 1507 : Hommage des terres dAlluye, Brou et Authon mouvant de la temporalité de lévêché de Chartres estans ès mains du roi par droit de régale, le dit hommage fait à Sa Majesté par le comte de Vendosme, pour et au nom
de dame Marie de Luxembourg, sa mère.
Le 16 août 1507 : Hommage fait au roi par messire Jean de Barenton, comme procureur de Florentin Girard, sieur de Barenton, sieur de Barenton, son père, de la terre de Brou, tombée en hommage de Sa Majesté par droit de régalle.
2 terra goeti (charte début XIIIème). Les cinq terres y sont citées : Aloyam ; Braiotum ; Basochia ; Montis Mirabilis ; et Auton.
3 terre feodi goeti (charte de 1241) feodo goeti (charte de 1252)
4 terra aloyoe (charte de 1223) terra de Alluya (charte de 1266)
5 Note relative à la mouvance des baronnies de Montmirail, Authon et la Bazoche et à la prestation de foy qui doit en être faite par le baron de Brou : Déclaration de 1540 : « Haute et puissante dame, dame Marie de Melun, dame des baronnies, terres et seigneuries de Montmirail, Authon et la Bazoche-Gouet, veuve de haut et puissant seigneur messire Jacques de Chabannes, chevalier
de lOrdre, seigneur de la Palisse, maréchal de France, pour icelles baronnies, terres et seigneuries, sises au Perche-Gouet, ressort du baillage dOrléans, au siège de Janville, tenus en foi de la baronnie de Pontgoing et dont le sieur
baron de Brou est tenu de porter la foy »
6 11 avril 1383 : acte de reception en foy et hommage par lévêque de Chartres dYolande de Flandres, comtesse de Bar, pour Alluye, Brou, la Bazoche, Montmirail et Authon, au Perche : « domina Yolendis, comitissa de Barro,
domina de Alloya, de Braioto, de Bazochia-Goeti, de Montemirabili, et de Autonio, in Pertico »

Communes du Perche-Gouet

Le Perche-Gouet se composait des 36 communes suivantes :

Canton de Authon-du-Perche, Eure-et-Loir (12 communes sur 18)

les Autels-Saint-Eloy (appelée aujourd'hui les Autels-Villevillon), Authon, la Bazoche-Gouet, Chapelle-Guillaume, Chapelle-Royale, Charbonnières, Luigny, Miermaigne, Moulhard, Soizé, Saint-Lubin-des-Cinq-Fonts (réunie à Authon), Villevillon (réunie aux Autels-Saint-Eloy).

Canton de Bonneval, Eure-et-Loir (3 communes sur 27)

Alluyes, Montemain (réunie aujourd'hui à Saumeray), Trizay-lez-Bonneval.

Canton de Brou, Eure-et-Loir (9 communes sur 11)

Brou, Bullou, Dampierre-sous-Brou, Dangeau, Mézières-au-Perche, Mottereau, Unverre, Vieuvicq, Yèvres.

Canton de Cloyes-sur-le-Loir, Eure-et-Loir (3 communes sur 15)

Arrou, Châtillon-en-Dunois, Saint-Pellerin.

Canton de Droué, Loir-et-Cher (1 commune sur 12)

le Gault-du-Perche,

Canton de Mondoubleau, Loir-et-Cher (3 communes sur 14)

Arville, Saint-Avit-au-Perche, le Plessis-Dorin.

Canton de Montmirail, Sarthe (3 communes sur 10)

Champrond-sur-Braye en partie, Melleray, Montmirail.

Canton de Thiron-Gardais, Eure-et-Loir (2 communes sur 14)

la Croix-du-Perche en partie, Frazé.

Liste établie daprès le dictionnaire de la Sarthe écrit par M. Pesche, au mot Petit-Perche. M. Gouverneur, dans Essais sur le Perche, donne la même liste, sauf quil oublie de mentionner Soizé.

Le Perche-Gouet est traversé par les rivières suivantes :

La Foussarde, qui prend sa source à 3 kilomètres au sud de Thiron-Gardais, arrose la Croix-du-Perche, Frazé, Mottereau et, après un parcours de 32 kilomètres, se jette dans le Loir, au-dessous de Saint-Avit.

LOzanne, qui naît dans les collines dAuthon, passe à Charbonnières, Unverre, Brou, Yèvres, Dangeau, Trizay-lès-Bonneval, rejoint le Loir en amont de Bonneval après un parcours de 50 kilomètres.

LYerre qui prend sa source dans des collines à lest de Montmirail, arrose Chapelle-Guillaume, la Bazoche-Gouet, Chapelle-Royale, Courtalain, Saint-Hilaire-sur-Yerres et, après un parcours de 48 kilomètres, se jette dans le Loir à Cloyes.

Voies de communication

La carte de Cassini nous montre bien peu de routes ! En prenant Brou comme point de départ, six axes principaux se dégagent : Brou à Nogent-le-Rotrou par Frazé et la Croix-du-Perche ; Brou à Nogent-le-Rotrou par Luigny (en évitant Miermaigne par le nord) ; Brou à Nogent-le-Rotrou par Villevillon et Authon-du-Perche ; Brou à Bonneval par Yèvres, Dangeau et Trizay ; Brou à Illiers par Vieuvicq ; enfin Brou à Châteaudun par Yèvres. Quant au reste, des chemins ruraux plus ou moins carrossables, peu entretenus puisquaucun budget ny est consacréEn 1830, la situation est pratiquement la même pour les grands axes.
Les chemins vicinaux et les voies de grande communication sont améliorés grâce à la loi du 21 mai 1836.

la Coutume du Perche-Gouet

Les cinq baronnies du Perche-Gouet sont régies par une coutume locale et
particulière sous la coutume générale du bailliage de Chartres.

Pourtant, au point de vue judiciaire, le Perche-Gouet ne faisant pas partie du comté de Chartres, le juge dappel nest pas le bailli de lévêché de Chartres : les appels des jugements rendus par les baillis du Perche-Gouet sont portés soit à Poissy, soit au Châtelet de Paris, puis à partir de 1316, à Janville (1), dans le bailliage dOrléans (2).

En 1509, lors de la rédaction des coutumes dOrléans, le procureur du Roi, sachant que les appels des jugements rendus dans le Perche-Gouet sont portés à la châtellenie de Janville, voulut forcer les habitants de ce pays à comparaître pour la rédaction des coutumes dOrléans, après avoir participé à la rédaction de celles de Chartres un an auparavant ; cela ne changea en rien la législation en vigueur dans le Perche-Gouet.

Cette situation se retrouve en 1789 pour la rédaction des cahiers de doléances, les formalités de convocation saccomplirent avec quelques difficultés car des paroisses qui relevaient du bailliage de Janville ont été convoquées à Chartres. Les problèmes furent rapidement résolus et chacun put rédiger son cahier.

En 1789, les fonctionnaires de Janville sont sur le terrain puisque
nous trouvons Philippe Ménager, notaire royal au bailliage de Janville, procureur fiscal des baronnies de Montmirail et de la Bazoche-Gouet, résidant à Authon ; Etienne Jolly, avocat en parlement, président au grenier à sel de Janville, bailli juge ordinaire civil, criminel et de police de la baronnie de Bullou et de la justice de Boèche et annexes, procureur fiscal de la baronnie de Brou, y demeurant ; N. Bureau, notaire royal au bailliage de Janville, résidant à la Chapelle-Royale ; et certainement quelques autres.

(1) Avant 1789, Janville, domaine royale, était un apanage des seigneurs ducs dOrléans. Cétait une châtellenie avec justice haute, moyenne et basse, selon la coutume dOrléans. Cette justice se composait dune prévôté, dun lieutenant
particulier. De plus, il y avait un lieutenant général pour les anciens ressorts des cinq baronnies du Perche-Gouet. Le dernier fut Louis Thomas Amy, lieutenant général au bailliage royal de la ville de Janville et des anciens ressorts des cinq baronnies du Perche-Gouet, Alluyes, Authon, la Bazoche, Brou et Montmirail, et ville de Bonneval.
(2) En 1316, Robert de Joigny, évêque de Chartres, obtient davoir ses causes commises au siège royale de Yenville [Janville], tant pour lui que pour ses sujets : il y fait donc aller les appels des cinq baronnies du Perche-Gouet.

Bibliographie

Les documents suivants ont été utiles pour rédiger les articles concernant le Perche et le Perche-Gouet :
- Coutumes du duché, bailliage et siège présidial de Chartres, pays chartrain, Perche-Gouet, etc, seconde édition, Chartres, 1687.
- Guide pittoresque du voyageur en France, département de lEure-et-Loir, par une société de gens de lettres, de géographes et dartistes, , 1838.
- Dictionnaire géographique des communes, hameaux du département dEure-et Loir, Ed. Lefevre, Chartres, 1856.
- Géographie dEure-et-Loir, M. Lefevre, 1860.
- Dictionnaire universel dhistoire et de géographie, M-N. Bouillet, Paris, 1861.
- Cartulaire de labbaye de Thiron, tome I, Lucien Merlet, Chartres, 1883.
- Géographie du Perche et chronologie de ses comtes, Vicomte de Romanet, Mortagne, 1890-1902.
- Chronologie des évêques, des curés, des vicaires, etc du diocèse de Chartres, Abbé Joseph Beauhaire, Châteaudun, 1892.
- Cahiers Percherons, le Perche-Gouet, Association des amis du vieux Nogent et du Perche, Berdhuis, 1958.
- La route et le rail en Eure-et-Loir au XIXe siècle, Jean-Claude Farcy, service éducatif des archives départementales de lEure-et-Loir, Chartres, 1980.
- Cahiers de doléances de la Région Centre Eure-et-Loir, tomes 1 et 2, bicentenaire de la Révolution Région Centre, Tours, 1990.
- Guide touristique du Perche et de ses Confins, Cahier Percheron hors-série, 1994, Fédération des Amis du Perche.
- les Comtes du Perche : www.francebalade.com/maine/ctperche.htm
- les Comtes de Vendôme : francebalade.free.fr/vendome/ctvendome.htm
- les Seigneurs de Bellême : francebalade.free.fr/maine/sgrbelleme.htm
- les Vicomtes de Châteaudun : www.francebalade.com/chartres/ctdunois.htm
- Comté du Perche : www.multimania.com/heratlas/normandi/alencon/perche.htm

Rédigé par Patrick POIRIER (adh 56) et publié dans le Souâton n° 66 de Septembre 2001


Dernière modification : 7 Décembre 2010

Aucune personnalité.

 

Contact Histoire | Plan du site