Histoire des communes

Loigny-la-Bataille : Ensemble mémorial : bataille du 02 décembre 1870

Voir aussi :
 

L'ensemble mémorial constitué par l'église, la chapelle mortuaire, la crypte, le musée, le chemin de mémoire fait de Loigny-la-Bataille le premier site mémorial créé en France en souvenir d'une bataille.

La Bataille du 02 décembre 1870

Dès le 30 novembre 1870, l'armée de Loire, sous le commandement du général d'Aurelle de Paladines, est en route vers Paris assiégé.

Le 02 décembre 1870 à 8 heures du matin par - 20 degrés, la lutte reste indécise, la ligne d'engagement s'étire d'Artenay, par Lumeau, jusqu'à Orgères-en-Beauce. 40.000 français sont face à 35.000 confédérés. L'état-major français est au château de Villepion, le commandement allemand au château de Goury.

Vers les 14 heures, le froid est rigoureux, il commence à neiger, l'armée française reprend sa progression, dépasse Loigny, se heurte à une résistance importante (des renforts sont parvenus à l'adversaire), qui lui fait regagner ses points de départ. Loigny est abandonné, le village est en flammes. Le 37 ème Régiment de Marche est encerclé dans le cimetière.

Vers les 15 heures le général Chanzy organise son repli, assuré de la relève du général de Sonis dont les forces font mouvements vers Loigny. La situation s'avère désespèrée. Afin de permettre à l'armée de se retirer, de tenter aussi de dégager le régiment du cimetière, le général de Sonis, par une charge restée célèbre engage une attaque de fixation de l'ennemi au cours de laquelle il sera grièvement blessé. Cette charge, forte de 800 hommes environ dont 300 zouaves pontificaux, sous les ordres du colonel de Charette, drapeau tricolore et bannière du Sacré-Coeur en tête, bouscule l'ennemi, atteint les premières maisons de Loigny, mais c'est déjà trop tard. Vers les 18 heures, quelques derniers coups de feu terminent la Bataille de Loigny.

Ce soir là, au total plus de 9000 hommes manquent à l'appel, après le canon, le froid fait le reste.

Mémoriaux

L'église, la chapelle mortuaire, la crypte rappellent que Loigny fut le champ de la sanglante Bataille du 02 décembre 1870. Dans la crypte se trouve les tombeaux du colonel de Charette et du général de Sonis. L'ossuaire contient les ossements de plus de 1200 soldats.

Le Musée, attenant au presbytère, comporte plusieurs vitrines où sont exposés, armes, uniformes, et objets, véritables reliques de la Guerre de 1870.

Le Chemin de Mémoire, le champ de Bataille de Loigny est encore aujourd'hui constellé de monuments commémorants les durs combats des 1 et 2 décembre 1870 qui virent s'affronder dans la plaine de Beauce les Armées Française et Allemande.

Les principaux monuments :

- Le Bois des Zouaves fut l'objet des derniers combats de la sanglante journée du 02 décembre 1870. Un monument est élevé au milieu du bois, "A la mémoire de tous les Héros tombés le 02 décembre 1870 en combattant pour la France"

- Dans la plaine, la Croix du général de Sonis, endroit où il tomba lors des combats, le 02 décembre 1870, grièvement blessé, il restera la nuit sur le champ de Bataille, secouru le lendemain, il dut être amputé de sa jambe gauche. Agé de 45 ans, il poursuit, jusqu'à son terme, sa carrière militaire. Il décède à Paris le 15 aout 1887, son corps, fut transporté à Loigny et enterré dans la crypte de l'église.

- La Croix de Villours.

- La Croix de Fougeu.

- Le Monument du Duc de Luynes.

- La Tombe de Mauduit.

Sources : dépliants touristiques.
Beauce, la Route du Blé. guide Gallimard.
Panneaux de commémoration, circuit Chemin de Mémoire.
Visite commentée.


Saisie : Annick PERRON

Dernière modification : 9 Décembre 2008